Valoriser la pêche

LA TECHNIQUE DE LA PALANGRE

carete_zone_palangrier.jpg

Le parc naturel de la mer de corail est une zone d’activité pour les grandes pêcheries mondiales de thons tropicaux. Lors des campagnes de pêche, les navires calédoniens se rendent dans cette zone pour capturer, principalement, le thon blanc et le thon jaune. Près de 70 % des captures sont écoulées sur le marché local tandis que les 30 % restants sont expédiées vers le Japon, les conserveries du Pacifique et le marché européen. 
Pour capturer les espèces vivant dans les eaux profondes : thon jaune, thon blanc et thon obèse, tous les navires thoniers de Nouvelle-Calédonie utilise une technique de pêche particulière : la pêche hauturière à la palangre horizontale dérivante ou long line. Cette technique est considérée comme la technique la plus sélective. Ce sont les Japonais qui ont introduit cette technique de pêche dans la région au début des années 60.

Le principe de la pêche à la palangre, Push and Pull

Le principe de la pêche à la palangre, Push and Pull

Même si l’activité de la pêche hauturière locale existe depuis les années 80, son développement ne s’est accéléré que dans les années 2000. La filière est parvenue au fil des ans à stabiliser sa flotte composée d’une vingtaine de navires entre 20 et 30 mètres, et à ajuster son effort de pêche en tenant compte de la ressource disponible et de la demande sur le marché. Avec moins de 3 000 tonnes capturées annuellement sur un espace de pêche d’environ 1,3 million de km2, l’impact de cette pêcherie est considéré comme minime. Un suivi est assuré selon une réglementation stricte.

UNE PÊCHE RÉCIFALE SÉLECTIVE

Damping of the armaments of fishermen in Nouville, DAM SPE

Damping of the armaments of fishermen in Nouville, DAM SPE

Campagne de pêche sur le navire Arau, DAM SPE

Campagne de pêche sur le navire Arau, DAM SPE

Les pêcheurs calédoniens sont les sentinelles du parc naturel de la mer de Corail, DAM SPE

Les pêcheurs calédoniens sont les sentinelles du parc naturel de la mer de Corail, DAM SPE

La technique de pêche à la palangre s'effectue à plusieurs, DAM SPE

La technique de pêche à la palangre s'effectue à plusieurs, DAM SPE

Marin tenant une bouée radio balisage utilisée pour la pêche à la  palangre, DAM SPE

Marin tenant une bouée radio balisage utilisée pour la pêche à la palangre, DAM SPE

Le thon blanc reste l'espère majoritairement pêchée  (près de 60% de la production), DAM SPE.

Le thon blanc reste l'espère majoritairement pêchée (près de 60% de la production), DAM SPE.

Navire de pêche Baby Blue, DAM SPE

Navire de pêche Baby Blue, DAM SPE

QUELQUES REPÈRES

  • 2013
    230 emplois directs 
  • 2013
    Chiffre d’affaires 1,4 milliards de francs CFP 
  • 2014
    22 campagnes ont été observées sur 11 des 17 navires actifs de la flottille néo-calédonienne 
  • 2015
    création d’un label de pêche responsable émis par un organisme de gestion indépendant 
  • 2015
    18 licences de pêche palangrière attribuées par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, uniquement aux  navires calédoniens
  • 2015
    17 navires actifs ont réalisé 317 campagnes d’environ 10 jours de mer, dont 6 à 7 jours de pêche 
  • 2016
    16 navires sur 17 pratiquent leurs activités en tenant compte de la gestion : la ressource, du respect de l’environnement, de l’amélioration de la sécurité au travail…

UNE GESTION DE LA RESSOURCE OBSERVÉE DE PRÈS

Le programme d'observation à bord des palangriers, relancée en 2008 est une action réalisée dans l'ensemble du Pacifique central et ouest dans le cadre des travaux de la Commission des pêches du Pacifique central et ouest*. Créée en 2005 par l’ensemble des pays côtiers du Pacifique ouest et les principaux pays pêcheurs, son objectif est de veiller à la conservation à long terme et l’exploitation durable des stocks de poissons grands migrateurs dans l’océan Pacifique central et ouest.  

Depuis l’adhésion de la France, la Nouvelle-Calédonie, au même titre que la Polynésie Française et Wallis et Futuna est un territoire participant à cette Commission. Ainsi, la Nouvelle-Calédonie s’engage à lui fournir les informations nécessaires à la gestion et à la conservation de la ressource.  

Ces observations ont débuté en Nouvelle-Calédonie en 2002. L’essentiel du travail consiste à identifier et mesurer l’ensemble des prises remontées à bord. Diverses caractéristiques de l’engin de pêche (nombre d’hameçons par panier, nombre de paniers, quantité et type d’appât utilisé...) sont également notées. L'ensemble de ces relevés permet d’estimer la mortalité globale par pêche, une donnée utilisée par la CPS (secrétariat de la communauté du Pacifique) pour mener des évaluations de stock et des études scientifiques sur la biologie des thonidés. 

* Commission des pêches du Pacifique central et ouest : est également désignée en anglais par le sigle WCPFC pour Western and Central Pacific Fisheries Commission.

Pêche à bord du navire La Renaissance, DAM/SPE

Pêche à bord du navire La Renaissance, DAM/SPE

Débarquement de thons au retour de la campagne de pêche DAM SPE

Débarquement de thons au retour de la campagne de pêche DAM SPE

LES OBSERVATEURS EMBARQUÉS

Des embarquements d'observateurs sur les navires thoniers ont lieu en Nouvelle-Calédonie depuis plusieurs dizaines d'années. Mais un véritable programme d'observation n'existe que depuis environ 15 ans. 

Ces embarquements permettent de collecter, au cours des différentes campagnes, un maximum d’informations sur les navires, le travail des équipages, l’effort de pêche, les captures et la mortalité par pêche. 

Les données recueillies viennent compléter les informations fournies directement par les armateurs des navires sous la forme de fiches de pêche et permettent ainsi de mieux caractériser l'activité de pêche thonière. Elles sont transmises au secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS) pour être utilisées dans l'évaluation de l'état de l'écosystème pélagique et l'estimation des stocks de poissons au niveau régional pour la commission des pêches du Pacifique central et ouest à laquelle la Nouvelle-Calédonie participe. 

En 2014, 22 embarquements ont été réalisés à bord des palangriers de la flottille néo-calédonienne. Cela représente un taux de couverture d'environ 6,5 %, un taux supérieur au seuil demandé par la commission des pêches du Pacifique central et ouest. 

A bord d’un navire, mesure d’un thon fraîchement pêché DAM SPE

A bord d’un navire, mesure d’un thon fraîchement pêché DAM SPE

Mesure d'une capture sur le navire Katia, DAM SPE

Mesure d'une capture sur le navire Katia, DAM SPE