POST BLANCO, une mission pour un état des lieux des récifs calédoniens

25 avril 2017

Science

Récif corallien, mission Prisitine, septembre 2012-Jean-Michel Boré IRD.jpg

Du 24 février au 15 mars dernier, Francesca Benzoni, biologiste marine à l’IRD a dirigé une mission de scientifiques, autour de la Grande-Terre mais également dans le parc naturel sur le récif nord-ouest d'Entrecasteaux, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Son but était d'observer et recenser l'état des coraux suite au phénomène de blanchissement qui avait touché la Nouvelle-Calédonie.

 

La plupart des coraux, qui avaient blanchi en 2016 lors d'un épisode massif de ce phénomène ont récupéré indiquait, fin mars, Francesca Benzoni, biologiste marine à l'IRD. Une nouvelle que l'on peut considérer comme plutôt bonne pour les récifs calédoniens lorsque l'on sait que le contraire a été observé sur la Grande barrière en Australie. " La résilience de tous les récifs est assez bonne. La plupart d'entre eux ont repris tandis qu'une minorité est soit morte soit n'a que partiellement repris ", déclarait la biologiste marine. " Nous avons pu vérifier que le scénario catastrophe n’a pas eu lieu, même s’il y a eu des dégâts puisque des coraux sont morts ". Reste tout de même à souligner que la « résilience » des coraux ressort toutefois « affaiblie » de cet épisode.

Rappelons-nous, entre février et mai 2016, un phénomène exceptionnel et inédit de blanchissement a frappé les coraux de l’archipel du Pacifique Sud, avec par endroits un impact atteignant 90 % des surfaces. Provoqué par la hausse de la température de l’eau, le blanchissement des coraux survient avec l’expulsion des algues symbiotiques, qui procurent au corail sa couleur et ses nutriments.

Actuellement, une seconde campagne est en cours dans le parc naturel sur les récifs d'Entrecasteaux, de Chesterfield et de Bellona.