Pierre Crubillé, président du syndicat des activités nautiques et touristiques de Nouvelle-Calédonie

11 January 2022

Les coulisses du parc

fb_les_coulisses_du_parc_pierre.png

“Nous avons besoin d'accéder au parc pour innover localement”

 

Toujours à la recherche de nouveau challenge, Pierre Crubillé est ce que l'on appelle un hyper actif. Vice-champion du monde d’apnée, chef d'entreprise, président du syndicat des activités nautiques, il aspire à vivre de sa passion de la mer et à la partager avec le plus grand nombre.

Pierre Crubillé n'a pas attendu le nombre des années pour mettre la tête sous l'eau. D'ailleurs, il n'a que huit ans lorsqu'il découvre la plongée bouteille “ça a été le déclic, j'ai eu la chance d'effectuer mon baptême de plongée en Guadeloupe et depuis, je n'ai jamais arrêté”, raconte le breton qui a fait de sa passion un métier. Il découvre à l'adolescence les spots de La Réunion, se lance dans l'apnée et multiplie les activités sportives. Pas étonnant, donc, qu'il se soit dirigé vers un cursus de sciences et techniques des activités physiques et sportives, STAPS. Insatiable, il devient rapidement nageur sauveteur à la SNSM et décroche, à 21 ans, son diplôme d'Etat de plongée qu'il complète par une formation d'apnée en Nouvelle-Calédonie entre 2009 et 2010. “J'ai découvert le pays en faisant mon stage de fin de master”, précise le plongeur qui a accompli son cursus de management des sports de nature entre le caillou et la Corse.


Petit à petit, il pose ses valises dans le Pacifique où il exerce comme moniteur de plongée puis créé en 2013 son école d'apnée “pour développer cette pratique et faire découvrir cette discipline au plus grand nombre”, affirme celui qui est aujourd'hui vice-champion du monde d'apnée AIDA (association internationale pour le développement de l'apnée). Pour élargir ses compétences, il devient, en 2010, formateur d'agent de tourisme et se fait élire, en 2020, président du syndicat des activités nautiques et touristiques de Nouvelle-Calédonie. A ce titre, il intervient dans les comités de gestion du parc naturel de la mer de Corail. Connu pour son franc parlé, il ne cache pas son impatience à faire évoluer les choses, notamment concernant les conditions d'accès au parc. “Il est essentiel de protéger cette zone mais il est également important de permettre aux acteurs nautiques et touristiques d'y développer leur activité. On a besoin de cela pour innover localement”, insiste le chef d'entreprise. Après une année 2021 particulièrement difficile, le gouvernement conduira, en 2022, d'importants travaux visant à définir les modalités d’exercice d’activités dans le parc et de fréquentation de certaines réserves.