Le parc naturel de la mer de Corail, un lieu privilégié pour les baleines à bosse

17 November 2021

Découverte

decouverte3

Le parc naturel de la mer de Corail abrite une biodiversité exceptionnelle. La baleine à bosse, ce mammifère marin emblématique de la Nouvelle-Calédonie, apprécie particulièrement les monts sous-marins qui s’y trouvent. Focus sur cette espèce considérée comme en danger de disparition dans la région océanienne. 

Chaque année, de juin à septembre, les baleines à bosse arrivent dans les eaux calédoniennes après un long voyage depuis l’Antarctique, pour s’accoupler ou mettre bas. Leur présence dans le Grand Sud est appréciée par les touristes et les Calédoniens qui sont nombreux chaque hiver à venir les saluer. Les baleines ne restent cependant pas cantonnées à la baie de Prony, où les prestataires touristiques spécialisés dans leur observation concentrent la grande partie de leurs activités. En effet, on retrouve ces mammifères marins dans les eaux plus isolées du parc naturel de la mer de Corail. Afin d’améliorer les connaissances sur cette espèce considérée comme en danger de disparition, de nombreuses missions scientifiques travaillent à documenter leur comportement au sein du Parc. Ces données pourront être des outils de gestion pertinents pour aider le parc naturel de la mer de Corail à concilier fréquentation humaine et  protection de cette espèce.  

 

Des lieux de rassemblements de biodiversité au cœur du Parc

Depuis 2016, les campagnes dans les eaux du Parc, nommées Maracas, se sont  enchainées dans le cadre du projet WHERE. Ce projet explore la distribution spatiale et l’habitat des baleines à bosse sur l’ensemble de l’espace maritime calédonien et, en particulier, dans les régions éloignées du parc naturel de la mer de Corail. Un intérêt particulier des baleines pour les monts sous-marins est observé par les scientifiques. Les baleines se rassemblent autour des monts peu profonds, dont le sommet se situe à moins de 200 m de la surface, tels que le mont sous-marin d’Antigonia, le banc de l’Orne, le mont Ellet, ou d’autres, plus lointains, tels que les monts sous-marins Capel ou Kelso qui se situent au sud de l’archipel de Chesterfield. Elles ne semblent pas seulement utiliser ces reliefs comme points de repère, mais également comme des zones de repos ou d’alimentation. Ces monts sous-marins, nombreux dans le parc naturel de la mer de Corail, n’ont pas uniquement une importance pour les baleines. En effet, ils sont également des sites de nourrissage pour certains oiseaux marins et servent aux requins de refuges, d’aires d’alimentation et de « stations de nettoyage ». Ces résultats montrent l’importance de développer les connaissances scientifiques au sein du Parc afin de protéger efficacement la biodiversité qui y habite.