Le rôle des Affaires Maritimes

LA MÉTHODE UTILISÉE

devanture_dam_role.png

Depuis la création du parc naturel de la mer de Corail, l'élaboration du plan de gestion est confiée à la direction des Affaires maritimes (DAM). C'est le service pêche et environnement marin qui veille à la coordination, à l'avancée des travaux, et au respect des délais. Cohérence des éléments remis par les groupes de travail, appui technique et méthodologique pour la rédaction du plan de gestion, participation du plus grand nombre de membres du comité de gestion et respect du planning prévisionnel ont fait partie des priorités de la direction des Affaires maritimes (DAM).

Tortue, atolls d'Entrecasteaux, Cyrille Huruguen, ASNNC

Tortue, atolls d'Entrecasteaux, Cyrille Huruguen, ASNNC

Dès l'adoption de l'arrêté du gouvernement créant le parc naturel, un plan de gestion doit être présenté au gouvernement dans un délai de trois ans (article 3). Mais avant, ce plan de gestion sera présenté à la population durant tout le mois de février 2017, dans les trois Provinces. Ce plan de gestion sera, ainsi, le fruit d'un travail concerté entre les membres du comité de gestion (professionnels, associations environnementales, coutumiers, institutions), les scientifiques et le grand public.

 

Groupe de travail, DAM SPE
Groupe de travail, DAM SPE
Membres du comité de gestion, DAM SPE
Membres du comité de gestion en visite sur un palangrier calédonien, DAM SPE

 

  • Le 28 mai 2015, le 1er comité de gestion du parc naturel a lancé les travaux d'élaboration du plan de gestion.
  • De juin à octobre 2015, les réunions du bureau du parc ont permis de finaliser la réflexion concernant la gouvernance c'est-à-dire l'implication et les avis des membres du comité de gestion, les avis du grand public et les usagers du parc naturel.
  • Le 2ème comité de gestion du 20 novembre 2015 a lancé les groupes de travail sur les écosystèmes coralliens et insulaires, les écosystèmes pélagiques, les écosystèmes profonds et les liens qu'ils peuvent avoir entre eux. Pour faire ressortir des objectifs et des actions pour chaque grand type d'écosystème, les groupes de travail ont échangé à partir des connaissances sur le contexte environnemental avant la création du parc naturel de la mer de Corail, de l'expérience des scientifiques et des membres du comité de gestion.
  • Jusqu'en juin 2016, le contenu des copies des différents groupes de travail a été mis en cohérence, puis la rédaction d'une première trame de plan de gestion a pu se faire.
  • Le 3ème comité de gestion du 7 juillet 2016 a validé les chapitres et objectifs du plan de gestion, et lancé la mise en place de groupes de travail par chapitre : un patrimoine naturel et culturel protégé, des usages durables et responsables reconnus, une bonne gouvernance, un parc intégré à l'échelle locale, régionale et internationale.
  • De juillet à août 2016, la mise en place des quatre groupes de travail a permis de préciser les objectifs du plan de gestion en proposant des sous-objectifs plus concrets.
  • Le 4ème comité de gestion a validé la structure du plan de gestion : chapitres, objectifs, et sous-objectifs.
  • En février 2017, la population aura accès à tous les documents pour consultation et avis.
  • Un 5ème comité de gestion sera organisé début 2017.
  • Fin avril 2017, le plan de gestion définitif sera proposé au gouvernement qui approuvera ou non le contenu.

DES RESTRICTIONS EXISTENT DÉJÀ DANS LE PARC NATUREL

Pour l'heure, la direction des Affaires maritimes, service du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, conduit déjà plusieurs actions au sein du parc naturel de la mer de Corail :

carte_entrecasteaux_role_large.jpg

 

 

 

 

Entrecasteaux, ilot Surprise, Pierre Bachy, SCO
Atolls d'Entrecasteaux, DAM SPE
Entrecasteaux, ilot Surprise, Pierre Bachy, SCO
Ilot Surprise, atolls d'Entrecasteaux, Pierre Bachy, SCO

 

 

 

 

 

  • Gestion du site d'Entrecasteaux inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis juillet 2008. Les îlots Huon et Fabre sont des réserves naturelles terrestres où la pêche professionnelle est interdite, l'accès est ouvert uniquement aux sociétés de transport nautique touristique agréées, l'accès aux plaisanciers est soumis à déclaration et l'accès aux scientifiques est soumis à autorisation.

  • Organisation et suivi économique et halieutique des activités de pêche hauturière (suivi des navires et constitution de fichiers de pêche, satellites et observateurs embarqués).

  • Réglementations spécifiques relatives aux espèces (interdiction de la pêche aux requins, aux baleines, aux tortues) ou aux engins (nombre de chaluts limité par la commission des ressources marines et unique pêche autorisée à la palangre horizontale).

  • Acquisition de connaissances scientifiques (suivi des campagnes des organismes scientifiques tels que l'IRD, IFREMER, l'Université de Nouvelle-Calédonie) et participation via le navire Amborella.